La plongée tech

 

Comment rester longtemps sous l’eau ?

Question à l’origine du scaphandre autonome qui, grâce à son réservoir d’air sous pression, permit d’augmenter significativement la durée des incursions sous-marines.

Mais l’autonomie initiale fût vite augmentée grâce à l’utilisation de bouteilles de volume plus important, puis d’une pression de gonflage de 300bars.

C’est ainsi qu’en seulement quelques années nous avons pu bénéficier de plus de 4500 l d’air emporté dans une seule bouteille de 15 L gonflée à 300 bars

De fait, l’air inspiré et aussitôt expiré ne fait que s’enfuir dans l’eau…

Que faire pour rester plus longtemps : ne plus laisser l’air s’enfuir ! Donc la conserver, la recycler… Soit ne consommer que les 0,8L/min nécessaires à notre organisme ! Le recycleur est né.

 

Comment plonger davantage en sécurité ?

L’un des dangers les plus importants qui guettent le plongeur : la fameuse narcose des profondeurs, due à l’augmentation de la pression partielle d’Azote. Aussi, pour en alléger les effets, il faut diminuer cette pression partielle en augmentant le pourcentage d’oxygène respiré, soit plonger au Nitrox, soit plonger avec une PpO2 constante, soit diminuer le pourcentage d’Azote par l’adjonction d’un gaz plus léger comme l’Hélium. Dans ce dernier cas, nous utilisons un Trimix. Le Trimix est un mélange 02, Hélium et Azote calculé sur la base d’une équivalence plongée azote de 3,2b (soit un équivalent 30m). 
 

Un principe de sécurité de base : la redondance

Mais attention, si le plongeur tech possède une capacité accrue d’exploration sous-marine, il demeure soumis aux mêmes lois physiques et physiologiques que les autres plongeurs. Le moindre problème peut avoir des conséquences catastrophiques. Si la sécurité est de mise, la première responsabilité du plongeur demeure la prévention : la redondance matérielle et technique est fondamentale…C’est pourquoi le plongeur recycleur emporte avec lui des bailout, des blocs de plongée en circuit ouvert pour pallier tout incident de son recycleur.

 

Les 3 premiers principes à respecter pour garantir sa sécurité en recycleur ?

Ces trois principes sont les suivants :

     1.Connaître sa PpO2 …

     2.Connaître sa PpO2 …

     3.Connaître sa PpO2 …

 

En effet, que votre CCR soit en régulation manuelle ou automatique, la maîtrise de sa PpO2 est Le sujet de la plongée en circuit fermé.

Elle doit impérativement être comprise entre le seuil hypoxique et hyperoxique, soit 0,14 < PpO2 < 1,6b. La valeur de réglage fond est généralement comprise entre 1,1 et 1,2b.

La mesure est réalisée en continu par plusieurs cellules qui, après étalonnage avant plongée, transmettent leurs informations à un ordinateur de plongée ou à un oxyscan.
 

La plongée TECH ?

De notre point de vue, cette plongée est TECH car il s’agit avant tout de bien comprendre et bien utiliser l’ensemble des règles et lois régissant la plongée en circuit ouvert, et les utiliser, les exploiter en plongée.

Pour exemple, en cas de divergence des indications fournies par les cellules d’oxygène, est-il possible de reprendre la main et d’identifier la cellule juste ?

Oui, tout simplement en rinçant complètement sa boucle au diluant. Si le diluant est de l’air, et que nous sommes à -30m… la Pabs est de 4b. L’ai contenant 21% d’O2, la PpO2 est de 4x0,21, soit 0,84b… Il suffit d’identifier la cellule qui donne cette valeur.

 

 

Comment aborder l’apprentissage de la plongée recycleur ?

La formation sur recycleur est matricielle :

en fonction du type diluant utilisé, donc des plages de profondeur

en fonction de la machine, pour accélérer la prise en main de sa formule1 en toute sécurité.

 

Pour les diluants, 3 niveaux reconnus par toutes les agences de certification :

Diluant air, pour de splongées à -40m max. Découverte de la plongée en recycleur, des erreurs seront commises. C’est l’étape d’apprentissage initial et de remise en cause pour les plongeurs très expérimentés en circuit ouvert.

Diluant Trimix normoxic, pour des plongées à -70m. Apprentissage de la mécanisation es bailouts et de la préparation et la gestion de la désaturation.

Diluant trimix hypoxique, pour des plongées dans l’espace profond. Synthèse des acquis précédents, renforcement des connaissances en stratégie de désaturation, et prévention des règles de sécurité.

 

La plongée en recycleur, une activité coûteuse ?

Oui et non, tout dépend de votre profil de plongeur. Pour un plongeur très occasionnel, la location est à privilégier.

Pour un plongeur régulier, qui plus est pour un plongeur averti poussant l’exploration au-delà des – 40m, la plongée en recycleur s’imposerait presque d’elle-même : utilisation du trimix, avec une consommation d’hélium des plus négligeable. Demandez tout simplement à vos amis plongeurs tech en circuit ouvert à combien leur revient une plongée au trimix en circuit ouvert ? Le coût d’une machine est alors très vite amorti !

   
caouanne.tech.plongee@gmail.com
06 52 65 15 50